L'EPAULE



L'articulation de l'épaule est l'articulation entre la tête de l'humerus (l'os du bras) et la glène qui est une partie de l'omoplate. L'omoplate est constituée de la glène, de l'acromion et du processus coracoïde.

Cette articulation est peu congruente et sa stabilité est assurée par les structures capsulo-ligamentaires et tendineuses qui l'entourent.

 


L'articulation est fermée par une capsule articulaire présente tout autour. En avant, il existe plusieurs ligaments entre la glène et l'humerus qui évitent la translation antérieure de la tête humérale, dont les ligaments gléno-huméraux moyen  et supérieur. A la partie basse de l'articulation se tend le ligament gléno-huméral inférieur  particulièrement important pour la stabilité de l'épaule.

La tête de l'humerus est recouverte par la coiffe des rotateurs, ensemble de trois muscles qui ont leur corps musculaire inséré sur l'omoplate et leur tendon inséré sur l'humerus. En avant, le tendon du sous-scapulaire assure la rotation interne de


l'épaule; en arrière, le tendon du sous-épineux assure la rotation externe; enfin au dessus de la tête humérale, le tendon du sus-épineux aide le deltoïde pour l'antépulsion et l'abduction de l'épaule.


REEDUCATION

LA REEDUCATION DE L'EPAULE de l'épaule constitue une des rééducations les plus fines et les plus exigeantes pour le kinésithérapeute. Certains se sont orientés dans leur activité de façon préférentielle voir exclusive afin de maîtriser au mieux les différents protocoles et les différentes approches à mettre en oeuvre lors de la prise en charge d'une épaule opérée. Vous retrouverez certains de ces professionnels sur la liste des membres de la Société Française de Rééducation de l'Epaule... Toutes les infos que vous recherchées sur l'épaule sont sur le lien SFRE  Société Française de la Rééducation de l'Epaule.


Télécharger la plaquette d'auto-rééducation publiée par la SFRE.


PATHOLOGIES DE L'EPAULE



PERIARTHRITE ou TENDINOPATHIE DE L'EPAULE

C'est une pathologie fréquente (aussi fréquente que le mal de dos) qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Elle débute dès l'âge de 20 ans pour aboutir à une rupture des tendons chez une personne sur deux à 70 ans. Dans un premier temps, il se produit une inflammation de la bourse sous-deltoïdienne. Sans traitement adapté, l'inflammation touchera ensuite les tendons de la coiffe des rotateurs; on parlera alors de tendinopathie. L'évolution peut aller jusqu'à la rupture. Les douleurs sont en général localisées au niveau du moignon de l'épaule et peuvent irradier dans le bras. Ces tendinopathies proviennent en général d'un défaut de fonctionnement de l'articulation gléno-humérale. On parle de décentrage articulaire.


La douleur étant secondaire au défaut de fonctionnement de l'articulation gléno-humérale, le traitement est basée sur la correction manuelle de ces dysfonctionnements. Cette correction manuelle doit être non douloureuse. De façon à stabiliser le résultat, il faut tonifier les muscles de la coiffe des rotateurs par stimulation électrique jusqu'à disparition des douleurs. Lorsque les douleurs ont disparues, ces muscles doivent être tonifiés contre résistance (bandes élastiques). Des étirements doux et progressifs doivent également être réalisés. Plusieurs séances de correction sont nécessaires pour récupérer un fonctionnement normal et stabiliser le résultat. Si le traitement est assez précoce, il est inutile d'avoir recours aux antalgiques, anti-inflammatoires et infiltrations. Ces dernières, à base de cortisone, ne doivent être réalisées que lorsque l'inflammation ne cède pas après une rééducation bien conduite et après un traitement par anti-inflammatoire non stéroïde.

 

OMARTHROSE ou ARTHROSE DE L'EPAULE

C'est l'arthrose de l'articulation gléno-humérale. Elle correspond à une usure du cartilage entre la tête humérale et l'omoplate. Elle est beaucoup plus rare que celle de la hanche mais peut être très invalidante. Il existe aussi des arthroses acromio-claviculaires qui peuvent être parfois très douloureuses.

Dans le cadre d'une omarthrose centrée, l'épaule est en général raide et douloureuse. Le but de la rééducation est de récupérer progressivement les amplitudes articulaires et de supprimer les contractures musculaires qui augmentent la pression sur l'articulation. Toute manœuvre en force augmente la pression sur le cartilage et accélère sa dégénérescence. Une rééducation bien conduite peut donner des résultats très satisfaisants même avec une atteinte articulaire importante. Dans le cas d'une omarthrose excentrée, la rééducation fait appel à une inversion du mouvement de l'omoplate pour compenser la rupture des tendons. Le traitement des arthroses acromio-claviculaires consiste à débloquer les glissements de cette articulation et à bien remobiliser l'omoplate sur le thorax.

 

L'EPAULE TRAUMATIQUE

Les fractures au niveau de l'épaule sont fréquentes chez le sujet âgé et peuvent se produire chez le jeune dans le cas de traumatismes violents. Suivant le cas le traitement est soit orthopédique (immobilisation) soit chirurgical. Tout choc sur l'épaule (même sans signe radiologique) provoquant des douleurs persistantes (au delà d'une semaine) peut générer l'installation d'un mauvais fonctionnement. Sans traitement adapté, il peut s'installer un blocage progressif de l'épaule: la capsulite rétractile. Le cas typique est la chute de ski, sans fracture.

Les fractures d'épaules sont nombreuses et variées. Suivant le type, un traitement orthopédique (simple immobilisation) ou chirurgical est indiqué. Dans tous les cas, une rééducation doit être entreprise le plus précocement possible pour éviter une raideur très préjudiciable sur le plan fonctionnel. Les principes de cette rééducation sont la douceur et la progressivité pour ne pas engendrer de phénomènes et compromettre la consolidation.

 

L'EPAULE DE L'HEMIPLEGIQUE

L'épaule est toujours touchée lors d'une hémiplégie. Sa récupération est très importante pour la fonction du membre supérieur. Des douleurs provoquées par une tendinopathie sont souvent associées à la paralysie et peuvent être traitées par rééducation. La prise en charge doit être précoce. Elle fait appel à la kinésithérapie (mobilisation et stimulation électrique) et à l'appareillage (orthèses).

Dans le cas d'une paralysie, il faut mettre en place un traitement qui s'oppose à la subluxation de l'épaule. La stimulation électrique des muscles supra épineux et deltoïde associée au port d'une orthèse doivent être mise en place précocement. Lors de la phase de récupération de la motricité, il faut traiter les dysfonctionnements articulaires qui seraient susceptibles de provoquer des douleurs. Un travail des muscles en cours de récupération et un traitement des muscles spastiques peuvent amener une amélioration fonctionnelle.

 

 

LUXATIONS ET ENTORSE ACROMIO-CLAVCULAIRE

C'est une pathologie fréquente chez le sportif suite à une chute sur l'épaule.Les entorses bénignes sont traitées orthopédiquement. Les luxations peuvent bénéficier d'un traitement chirurgical.

Le premier traitement repose sur une immobilisation adaptée soutenant l'ensemble du membre supérieur. Un simple strapping ne suffit pas car le déplacement (touche de piano de la clavicule) est dû à la traction du membre supérieur. Une rééducation adaptée permet d'optimiser la mobilité articulaire et de stabiliser musculairement cette articulation.



LUXATION ET INSTABILITE DE L'EPAULE

La luxation d'épaule est un accident très fréquent chez le sujet jeune. Elle se produit souvent lors de la pratique sportive ou lors d'une chute. Elle peut survenir chez un adulte et dans ce cas elle peut-être associée à une rupture de la coiffe des rotateurs ou/et à une paralysie du nerf circonflexe qu'il faut détecter le plus précocement possible. 75% des épaules ne se reluxent pas. Le traitement doit donc être orthopédique (immobilisation) lors de la première luxation. Dans le cas de récidive (trois luxations) une chirurgie stabilisatrice doit être envisagée. Il arrive qu'une épaule soit instable sans qu'aucune luxation vraie ne se soit jamais produite.

Après une première luxation il faut respecter un délai d'immobilisation de trois semaines. Le principe de la rééducation est basé sur le développement des muscles qui comprime la tête humérale dans la cavité glénoïde. Le protocole comprend également des exercices destinés à stabiliser l'omoplate (scapula). L'apprentissage de programmes moteurs de protection (feedforward) et la réalisation d'exercices pliométriques complètent ce programme. Il est essentiel de bien réaliser toutes les phases et de ne pas se contenter de la récupération d'une mobilité indolore.

 

L'EPAULE DU SPORTIF

Les douleurs d'épaule "étiquetées" tendinites ne sont pas dues à un simple surmenage. Elles sont secondaires à de très légères limitations de l'articulation qui entraînent des frottements anormaux lors des mouvements. Ils sont responsables de l'apparition de l'inflammation (y compris du long biceps). Le repos, les anti-inflammatoires, les infiltrations, les applications locales (crèmes, gels…) et la mésothérapie permettent une diminution des douleurs mais ne s'attaquent pas réellement à la cause du problème et la récidive est systématique.

Toute douleur d'épaule apparaissant chez un sportif doit être traitée le plus précocement possible. Elle correspond en général à l'inflammation d'une structure entourant la principale articulation de l'épaule : l'articulation gléno-humérale. Un bilan précis effectué par un kinésithérapeute spécialisé permet d'en déterminer la cause. Le traitement basé sur des mobilisations spécifiques (sélectionnées en fonction du bilan), des étirements et un renforcement musculaire permettent de régler rapidement le problème s'il a été instauré rapidement. Dans ces cas là, il n'est pas nécessaire d'interrompre la pratique sportive. Le repos, la glace, les antalgiques, les anti-inflammatoires (patch, comprimé, crème, infiltration) peuvent soulager mais ne traite pas la cause de la douleur. Négligée, une simple bursite ou tendinopathie peut évoluer jusqu'à une rupture de tendons.

 

L'EPAULE ET LE CANCER DU SEIN

De nombreuses patientes ayant été opérées du sein présentent des douleurs d'épaule. Ces douleurs proviennent la plupart du temps de la décompensation d'un problème mécanique préexistant. Elles peuvent disparaître totalement grâce à une kinésithérapie spécifique. Le drainage lymphatique n'est pas efficace pour ce type de douleurs.

Une tendinopathie de la coiffe des rotateurs (aussi appelée tendinite ou périarthrite) peut apparaître au cours du traitement. Toute chirurgie ou radiothérapie réalisée dans la région de l'épaule est susceptible de dérégler son fonctionnement. Quelques séances de rééducation spécialisée peuvent faire disparaître rapidement les douleurs et permettent également de retrouver une mobilité normale si celle-ci était diminuée.


souce http://www.sfre.org/sfre/grand_public